Allocution de la Chargée d’Affaires a.i. A l’occasion de l’arrivage des vaccins anti-COVID-19 du mécanisme COVAX

Allocution de Madame Vernelle Trim FitzPatrick, Chargée d’Affaires a.i.
A l’occasion de l’arrivage des vaccins anti-COVID-19 du mécanisme COVAX

Date: Le 17 avril, 2021
Lieu: Aéroport international de Nsimalen

Excellences,
Monsieur le Ministre de la Santé Publique,
Distingués membres du Gouvernement du Cameroun,

Les chefs des missions diplomatiques et des organisations de la santé,

C’est avec grand plaisir que je me joins à vous pour réceptionner la première cargaison de vaccins anti-COVID-19 du mécanisme COVAX au Cameroun.  Aujourd’hui est un grand jour!  Cette précieuse cargaison représente un investissement solide dans la lutte contre une menace invisible qui ne connait pas de frontières et qui continue de faire des ravages dans le monde.  Je félicite le gouvernement du Cameroun d’avoir fait tout le nécessaire pour que ce jour arrive.

Les États-Unis sont déterminés à répondre à la pandémie du COVID-19 et sont le plus grand contributeur du mécanisme COVAX – une initiative mondiale visant à soutenir un accès équitable aux vaccins anti-COVID-19.  A ce jour, notre soutien de 2 milliards de dollars représente près de quarante pour cent de toutes les contributions apportées au système de garantie de marché du mécanisme COVAX qui a rendu possible cette première livraison au Cameroun de plus de 391 000 doses du vaccin AstraZeneca contre la COVID-19.  Dans le cadre de notre engagement pour un accès mondial à des vaccins sûrs et efficaces contre la COVID-19, les Etats-Unis verseront encore 2 milliards de dollars pour soutenir le mécanisme COVAX jusqu’en 2022, soit une contribution totale de 4 milliards de dollars.

Promouvoir la santé de Camerounais ordinaires est l’une des principales priorités de l’aide étrangère des États-Unis au Cameroun. Sans la santé, on est rien. C’est pourquoi nous travaillons aux côtés des responsables de la santé du gouvernement camerounais depuis des années et avons investi plus d’un demi-milliard de dollars pour renforcer le système de santé et lutter contre le VIH, la tuberculose, le paludisme et d’autres maladies, y compris la COVID-19. Grâce à cet appui, nous avons pu fournir des médicaments essentiels, de la formation pour le personnel médical, du soutien aux établissements de santé et de meilleurs résultats en matière de santé.

L’avènement de la COVID-19 nous a montré qu’aucune nation ne peut agir seule face à une pandémie. Les États-Unis ont soutenu les efforts du Cameroun dans la lutte contre la COVID-19 en offrant l’expertise en santé publique avec sur le terrain une grande équipe qui travaille avec les Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) et l’Agence américaine pour le Développement international (USAID). Grâce à notre excellente collaboration avec nos partenaires camerounais, nous aidons à renforcer les capacités en matière de gestion des urgences, de surveillance, d’essais en laboratoire, de gestion de cas, de prévention et de contrôle des infections et de préparation aux vaccins. Axée sur le renforcement des capacités, cette liste de domaines d’intérêt montre clairement que beaucoup de choses doivent être faites en arrière-plan pour parvenir aux vaccins. Depuis le début de l’épidémie, nous avons déboursé plus de 21 millions de dollars pour la réponse COVID-19 et l’action humanitaire au Cameroun.

En effet, comment se matérialise cette aide dans la pratique? Le Centre national des opérations d’urgence de santé publique – construit et équipé avec les fonds américains – a été mis en place pour gérer les interventions et coordonner les efforts nationaux et infranationaux. Le personnel du Centre, qui dirige actuellement cette structure, a été formé par les américains en gestion des urgences en santé publique. Le soutien des États-Unis pour le renforcement des capacités en matière de laboratoire du Cameroun a facilité l’accréditation internationale des laboratoires effectuant des tests COVID-19 au Cameroun. Le Cameroun a d’ailleurs été le premier pays d’Afrique centrale capable de réaliser des tests COVID-19. Cet appui a permis de mettre en place un réseau décentralisé de laboratoires et d’agents de santé de terrain dans chaque région pour faciliter les tests à l’échelle nationale. Plus de 900 détecteurs de maladies – formés par le programme américain pour la formation en épidémiologie de terrain au Cameroun – sont déployés dans les dix régions du pays pour assurer la surveillance de la COVID-19, la recherche des contacts et la réponse rapide.

Maintenant que les vaccins sont arrivés, nos experts en santé publique vont travailler en étroite collaboration avec l’OMS et d’autres partenaires dans le domaine de la santé pour aider le Comité national de coordination du mécanisme COVAX, le Groupe consultatif technique national sur la vaccination et le Programme élargi de vaccination, afin d’aider à élaborer les plans nationaux de communication et de déploiement des vaccins.  Nos experts techniques travaillent aux côtés du ministère de la Santé publique pour appuyer la surveillance, le suivi et l’évaluation de l’innocuité des vaccins, la sensibilisation à la prise du vaccin, la gestion logistique et le stockage dans le respect des exigences de la chaîne du froid.

En ce moment où la pandémie de COVID-19 se poursuit et que de nouvelles variantes apparaissent, il est essentiel que nous vaccinions le plus grand nombre de personnes, et le plus rapidement possible.  Avec l’arrivée du vaccin Astrazeneca nous n’avons fait que la moitié du chemin.  L’autre moitié du chemin consiste à convaincre les gens de se faire vacciner.  C’est en effet la partie la plus difficile.  Malheureusement, dans tous nos pays, nous devons faire face à l’hésitation à l’égard des vaccins.

Comme l’avait si bien dit John F. Kennedy, l’un des dirigeants américains, « Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais ce que vous pouvez faire pour votre pays. »  Cette citation, qui est l’une de mes préférées, sied parfaitement au contexte de l’arrivée des vaccins Astrazeneca.  A tous les Camerounais, mon message est le suivant: « Faisons nous vacciner pour assurer notre protection et celle de nos proches en vue d’un Cameroun sans COVID-19 ».