Allocution de l’Ambassadeur Peter Barlerin à la célébration du 4 juillet

Salut à tous,

Soyez les bienvenue à la commémoration de l’indépendance américaine de cette année. Je m’appelle Peter Barlerin, L’ambassadeur des États-Unis.

Cette année, comme beaucoup d’autre corps diplomatiques, nous organisons une célébration virtuelle, à cause d’un invité indésirable, COVID-19. Si j’étais à vos côtés, je porterais un masque, et me tiendrais à deux mètres d’écart.

A propos, Ces dernières années, le travail de l’ambassade américaine a été de plus en plus axé sur l’amélioration de la santé de tous les Camerounais.

Nous saluons la décision historique cette année du gouvernement supprimant les frais de services liés au VIH / SIDA. Cette décision a permis à un plus grand nombre de personnes de se faire dépister et de poursuivre leur traitement. Grâce à cette décision, nous avons dès lors triplé notre aide. Ensemble, nous allons contrôler ce fléau.

Depuis 2018, nous sauvons aussi de centaines de vies dans le cadre de la lutte contre le paludisme, en particulier chez les femmes enceintes et les enfants dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord.

Concernant le COVID-19, le non-invité importun à tous rassemblement de personnes, nous sommes fiers de constater que le Centre des opérations d’urgence de santé publique que nous avons construit ici à Yaoundé est utilisé à bon escient.

Les Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies, l’Agence des Etats-Unis pour le développement international et le Département d’État se sont associés à d’autres pour aider le Cameroun à lutter contre cette pandémie.

En plus, nous sommes fiers d’être le leader en matière d’aide aux réfugiés, aux personnes déplacées et aux communautés d’accueil.

S’agissant du conflit dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, nous espérons que les parties pourront se réunir prochainement pour discuter d’une solution pacifique, parce qu’il n’y a pas de solution militaire.

Nous imaginons le jour ou les volontaires du Corps de la paix américain pourront retourner dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, ainsi que dans le Nord et l’extrême-Nord.

Tout cela est possible si les Camerounais se mettent ensemble pour trouver des solutions.

Souvent, les solutions viennent de la jeune génération. Et J’ai eu maintes rencontres très enrichissantes avec les participants aux programmes d’échange américains, notamment les boursiers de l’initiative des jeunes leaders africains dite YALI.

Beaucoup d’entre vous savent qu’après trois ans au Cameroun, je termine mon mandat d’ambassadeur à la fin de ce mois.

Je tiens à remercier tout le monde, à commencer par le président Paul Biya. Ma gratitude s’étend également aux membres du gouvernement, en commençant avec le Premier Ministre, aux leaders religieux, aux chefs traditionnels, aux intellectuels, aux dirigeants du RDPC et des partis d’opposition, aux ONG, et à la presse, qui m’ont tous aidé à décrypter les complexités de l’histoire et de la culture de ce pays.

On parle beaucoup du Cameroun comme étant unique en son genre. C’est vrai, le Cameroun est unique. Il est tout aussi vrai que le Cameroun partage de nombreuses caractéristiques avec d’autres pays. Nous avons tous nos faiblesses, nous avons tous nos cicatrices profondes, et nous avons tous nos grandes forces.

J’ai confiance que les camerounais sauront résoudre leurs différends pacifiquement, à se développer et à s’épanouir.

Je voudrais remercier le chef de mission adjoint, Vernelle Trim Fitzpatrick. Elle aura du pain sur la planche faisant deux boulots pendant un certain temps, mais j’ai confiance qu’elle rendra les Etat-Unis d’Amérique fier, comme elle l’a toujours fait et comme elle le fait toujours.

Au reste personnel américain et camerounais: ca a été une joie de travailler avec vous, et merci pour la confiance que vous m’avez montrés.

En faisant un adieux chaleureux à ce Cameroun magnifique et diversifiés, je dis à mes chers américains – que vous soyez ici à Yaoundé ou aux Etat-Unis pour un moment – j’espère que vous continuerez de travailler au bénéfice du peuple camerounais, et continuerez de travailler pour solidifier les relations Etats-Unis – Cameroun.

A tous un quatre juillet sûr et sain. A tous un quatre juillet sain et sûr.

Je vous remercie, tous. Merci beaucoup à tous