Allocution Girls4Girls Leadership – Symposium 2019

Allocution de Madame Vernelle FitzPatrick, Chef de Mission adjointe de l’Ambassade des Etats-Unis
Girls4Girls Leadership – Symposium 2019
Yaounde, le 20 novembre 2019
LA CASBA, ELIG ESSONO, YAOUNDE, CAMEROON

Bonjour et merci de m’avoir invité à ouvrir votre symposium. Merci tout particulièrement au Dr. Marie-Thérèse Abena Ondoua, Ministre de la Promotion de la femme et de la Famille, et M. Mounouna Foutsou, Ministre de la Jeunesse et de l’éducation civique.

J’aimerais commencer par vous raconter deux petites histoires. La première histoire parle d’une jeune fille qui vécut dans l’Etat du Mississippi aux Etats-Unis dans les années 50. À l’âge de trois ans, sa mère la confia à sa grand-mère pour aller chercher du travail. C’était une famille pauvre ; les sacs de farine leur servaient de vêtements et les seuls jouets à leur portée étaient des poupées confectionnées avec des épis de maïs. Sa mère finit par trouver un travail de femme de ménage dans un Etat différent et récupéra sa fille pour vivre avec elle. A cause des longues heures de travail et du salaire peu élevé, la maman était la plupart du temps absente auprès de sa fille abusée sexuellement par plusieurs membres de la famille et un autre ami de la famille dès l’âge de neuf ans.  Elle souffrait en silence. À 13 ans, elle s’enfuit de la maison et à 14 ans, elle tomba enceinte et accoucha d’un enfant mort-né.

J’aimerais à présent vous vous raconter une deuxième histoire, celle d’une fille qui a grandi dans un cadre familial adorable. Très tôt, sa grand-mère a remarqué en elle des aptitudes et a décidé de les renforcer. À l’âge de trois ans, elle était parfaitement alphabète et à cinq ans, elle pouvait réciter des versets bibliques dans des églises bondées avec une telle confiance que cela lui valut le surnom de « prédicateur ». Son père donna la priorité à l’éducation et poussa sa fille à exceller. Grâce à son talent oratoire elle bénéficia d’une bourse universitaire complète. À la fin des années 1970, elle décide de s’installer à Nashville dans l’état du Tennessee et deviendra la première et la plus jeune femme noire à présenter le programme d’information locale. Par la suite, elle s’installera à Baltimore pour travailler comme présentatrice et journaliste. Elle sera rétrogradée à des postes non conformes et, plus tard, répondra à ses patrons en disant : « Ils m’ont dit que je n’avais pas la bonne couleur, ni la bonne taille et que je montrais trop d’émotion. »

Contre toute attente, sa carrière explosa lorsqu’elle intégra de plus grands milieux médiatiques. Elle eut un tel succès à Chicago, l’une des plus grandes villes des États-Unis, que son émission d’interview télé décrocha une affiliation au niveau national. Cette émission a duré 27 ans et a engendré tout un empire médiatique. Aujourd’hui, cette femme vaut 4 milliards de dollars.

Vous l’avez peut-être déjà deviné. La fille de la deuxième histoire est Oprah Winfrey. Cela pourra peut-être vous surprendre mais la fille de la première histoire est aussi Oprah.

Je vous raconte ces deux histoires parce que nous nous concentrons si souvent sur les succès de nos modèles, sans nous rendre compte que ces derniers ont dû travailler dur et parfois qu’ils sont aussi passés par des malheurs et des tragédies. Les gens comme Oprah Winfreys du monde ne sont pas nés avec une cuillère en or, ni avec de la chance. Tout au contraire, leurs choix positifs et leur engagement à travailler dur font d’eux ce qu’ils sont. Ils émergent aussi parce que quelqu’un, un enseignant, un mentor, un membre de la famille, a remarqué en eux une étoile et l’a fait briller.

Vous avez tous une étoile. Vous ne voulez peut-être pas devenir un gourou des médias comme Mme Winfrey, mais vous avez tous du talent. Le symposium d’aujourd’hui reconnaît la nécessité pour les femmes de soutenir les femmes. Vous êtes tous à des moments de votre vie où vous pouvez devenir la personne que vous voulez être surtout que vous êtes entourés de ceux qui peuvent vous aider. Oprah n’y est pas arrivée seule et vous non plus.

Vous avez tous une valeur et la capacité de réussir, mais cette valeur ne compte pas beaucoup si vous n’y croyez pas vous-même. Si vous travaillez fort, si vous êtes gentilles avec les autres et si vous vous entourez de personnes qui vous aident, vous développerez la confiance nécessaire pour que le monde découvre vos talents, votre intelligence et votre force.

Vos mentors peuvent vous aider dans ce sens. Si on considère la vie comme une course, alors sachez que les hommes, injustement, ont une avance de 10 minutes ou plus. Quand on voit un homme et une femme franchir la ligne d’arrivée en même temps, c’est généralement parce que cette femme a dû travailler plus dur et plus longtemps pour arriver aux mêmes résultats. Sur la base de mes expériences personnelles, je peux dire que cela est particulièrement vrai en Afrique subsaharienne. Je vais parfois aux réunions ici au Cameroun où je suis la seule femme dans la salle ou l’une des rares ; et parfois je me demande, où sont les femmes ? Je sais qu’elles sont aussi intelligentes et talentueuses que les hommes que je rencontre pendant les réunions.

Le premier défi que je vous lance c’est de trouver un mentor qui est arrivé à l’endroit où vous voulez aller. Demander à vos mentors de vous montrer comment aller plus loin et plus vite. Oprah a déclaré que l’une des leçons qu’elle souhaitait transmettre aux autres était la suivante : « Votre vie n’est pas statique. Chaque décision, chaque échec ou chaque triomphe est une occasion d’identifier les germes de vérité qui font de vous l’être humain merveilleux que vous êtes. Aux mentors. Je sais que vous allez tous me rendre fière, ainsi que l’ambassade des Etats-Unis.

Nous œuvrons pour la fin de l’inégalité entre les sexes en soutenant des efforts tels que le symposium d’aujourd’hui, où les femmes soutiennent les femmes, dans l’intérêt de tous. Ce n’est qu’un exemple de l’engagement des États-Unis en faveur d’un partenariat avec le Cameroun et avec tous les Camerounais qui œuvrent pour un avenir pacifique, prospère et démocratique. Un avenir où tous les membres de la société ont la même capacité de contribuer et de s’épanouir. L’égalité des sexes ne réduit pas les chances des hommes, bien au contraire. Selon le Secrétaire d’État Mike Pompeo, « les sociétés qui donnent aux femmes les moyens de participer pleinement à la vie civique et économique sont plus prospères et plus pacifiques ». Lorsque vous réussissez, vous atteignez non seulement vos objectifs personnels, mais vous contribuez également au développement du Cameroun.

Avant le début officiel, je tiens à remercier les organisateurs du symposium. Je vous prie de vous lever lorsque j’appelle votre nom pour obtenir la reconnaissance que vous méritez.

Nakinti Besumbu
Maipa Wespa Koukreo
Viviane Ondoua Biwole
Carine Tchamdeu
Valerie Tcheuente Neim
Felicite Djoukouo
Nancy Makeah Mofor

Merci pour votre attention. Je vous souhaite un excellent symposium