Des Camerounais anglophones en détention

Département d’État des États-Unis

Bureau du porte-parole, le 5 février 2018
Déclaration de Heather Nauert, porte-parole

Les États-Unis condamnent les violences qui sévissent dans les régions anglophones du Cameroun, notamment le meurtre de deux gendarmes camerounais dans le village de Mbingo, dans la région du Nord-Ouest, d’un soldat camerounais à la sortie de Bamenda le 1er février, d’un agent électoral officiel d’Elections Cameroon (ELECAM) à Bangem, ainsi que les décès signalés de quatre civils à Bamenda et à Belo les 2 et 3 février derniers. Nous adressons nos plus sincères condoléances aux familles des victimes et au peuple camerounais.

Nous demandons également aux autorités publiques camerounaises de respecter les droits de l’homme, y compris le droit à une procédure judiciaire en bonne et due forme des 47 Camerounais renvoyés de force par les autorités nigérianes aux autorités camerounaises le 26 janvier et dont beaucoup auraient présenté des demandes d’asile au Nigéria. Nous exhortons le Cameroun et le Nigeria à s’acquitter de leurs obligations en vertu du droit international de s’abstenir de renvoyer de force les demandeurs d’asile dans leur pays d’origine. Les 47 Camerounais sont désormais détenus au Cameroun pour des faits prétendument liés aux tensions et violences dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Nous attendons du Cameroun qu’il accorde à ces personnes et à d’autres les droits et protections inscrits dans la constitution camerounaise, conformément aux obligations et aux engagements internationaux du pays.

French translation of “Cameroonian Anglophone Detainees”.

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi. (https://medium.com/@USAenFrancais/des-camerounais-anglophones-en-d%C3%A9tention-ac343ff74c49 )