Ouverture du Sommet de la CEMAC sur le leadership des jeunes organisé par les femmes africaines dans le leadership

Allocution de Leanne Cannon, Attaché aux affaires publiques
Djeuga Palace Hotel, Yaoundé
Le 8 février 2020

Cher Représentant du ministre de la jeunesse et de l’éducation civique ;
Les représentants des services administratifs ;
Le Représentant du Programme des Nations Unies pour le développement au Cameroun ;
Les responsables internationaux et locaux de l’organisation des femmes africaines dans le leadership ;
Mesdames et Messieurs.

Je suis très heureuse d’être ici ce matin pour l’ouverture officielle de ce Sommet sur le leadership des jeunes organisé par les femmes africaines dans le leadership.  Je vous remercie d’avoir invité l’ambassade des États-Unis à se joindre à vous pour échanger sur le rôle des jeunes femmes leaders dans la promotion des objectifs de développement durable au Cameroun et dans l’ensemble du continent.  Les États-Unis sont un partenaire engagé auprès du Cameroun, de la sous-région et de toute l’Afrique.  Nous entendons soutenir les efforts de tous ceux qui œuvrent pour un avenir pacifique, prospère et démocratique.

Il est démontré que les sociétés qui permettent aux femmes de participer pleinement à la vie civique et économique sont plus prospères et plus pacifiques. Si les femmes représentent au moins 50% de la population dans la plupart des pays, fort est de constater que beaucoup reste encore à faire pour une société plus égale où les femmes contribuent et ont voix au chapitre.

J’ai commencé ma carrière en tant que diplomate en 2008, et c’est à ce moment que j’ai appris que jusqu’en 1972, il y avait une règle selon laquelle si une femme diplomate se mariait, elle devait quitter son emploi. J’étais vraiment choqué par ce fait. Aujourd’hui à l’ambassade des États-Unis ici, je suis l’attaché aux affaires publiques et le porte-parole de l’ambassade, avec une grande équipe que je supervise. Ce qui est encore plus remarquable, c’est que l’attaché en charge de la coopération militaire, l’attaché aux affaires politiques et économiques, et l’attaché pour les questions de santé et les chefs de plusieurs autres sections sont des femmes – y compris le Chef de mission adjoint de l’ambassade – sont toutes des femmes. Entre 1972 et maintenant, je sais que de nombreuses femmes ont dû surmonter de nombreux obstacles et préjugés pour faire de ce progrès une réalité. Ces progrès peuvent s’étendre si plus de personnes travaillent dur pour que leur contribution compte.

En vérité, les femmes sont des entrepreneures naturelles, des promotrices de paix et des innovatrices technologiques. J’espère que les échanges d’aujourd’hui porteront sur les idées que vous avez pour faire évoluer le Cameroun ainsi que les autres pays d’Afrique centrale vers la paix, la prospérité et le pluralisme.  L’Afrique a besoin que tous ses jeunes, quels que soient leur forme, leur taille et leur sexe, mettent à contribution leurs idées nouvelles et leur énergie créative pour faire face aux défis auxquels le continent est confronté.  La population de l’Afrique devrait doubler dans les 30 prochaines années, ce qui ajouterait un milliard de personnes au continent. Cette évolution exercera une pression énorme sur l’environnement, les infrastructures, les ressources alimentaires et naturelles, y compris l’eau, et la gouvernance en général.

L’Afrique a besoin de vous pour façonner l’avenir selon la conception qui permettra à chacun et à chacune de s’épanouir.  Je suis au Cameroun depuis environ six mois, et j’ai rencontré de nombreuses femmes et filles impressionnantes qui contribuent à façonner cet avenir.  L’automne dernier, j’ai rencontré un groupe de femmes d’affaires prospères qui encadrent les femmes des communautés rurales afin de développer des stratégies commerciales fructueuses pour leurs activités agricoles.  En décembre, l’ambassade des États-Unis a organisé un événement avec Djaili Amadou Amal, auteure camerounaise et défenseuse des droits des filles, qui utilise sa plume pour donner une voix aux femmes de sa communauté en matière de leurs expériences du mariage forcé et du mariage des enfants.  Il y a deux semaines, j’ai rencontré une jeune femme engagée dans des projets à revenus durables notamment des alternatives au braconnage pour les communautés défavorisées vivant près des réserves de faune.  Je suis sûre que chacune d’entre vous a aussi des histoires impressionnantes, ce qui est une bonne chose, car le défi n’incombe pas à une seule personne.

L’ambassade des États-Unis souhaite vous accompagner dans cet effort. Dans ce cadre, nous avons de nombreux programmes et activités pour promouvoir les droits et l’autonomisation des femmes et des filles, et de nombreux autres programmes et activités qui pourraient bénéficier aux femmes et aux filles qui cherchent à apporter une contribution positive à leurs communautés et à leur pays. J’en mentionnerais seulement deux aujourd’hui : le Young African Leadership Initiative encore appelé ou YALI, et le programme TechWomen.

YALI a trois volets : le réseau YALI, les centres régionaux de leadership, et la bourse Mandela Washington. Le Réseau propose des activités et des formations en ligne sur le développement personnel, l’entrepreneuriat, l’engagement civique et plus encore. Tout le monde peut se joindre à tout moment et je vous invite à le faire. Le programme de bourse sponsorise les meilleurs candidats pour participer à des cours universitaires aux États-Unis, notamment sur le leadership et le réseautage, tandis que les centres régionaux de leadership proposent une version plus courte de ces formations.

Notre programme TechWomen est conçu pour autonomiser la prochaine génération de femmes leaders dans le domaine de la technologie. Le programme réunit des femmes du monde entier en Californie du Nord pour un programme de mentorat professionnel dans des entreprises de technologie de pointe.

Vous pouvez en apprendre davantage sur ces programmes et bien d’autres en consultant notre site Web ou en nous rendant visite sur Facebook. Ceux d’entre vous venant d’autres pays peuvent trouver des opportunités similaires via l’ambassade des États-Unis dans votre pays d’origine. J’espère que vous serez nombreux à profiter de ces programmes pour davantage renforcer le partenariat entre les Etats-Unis et votre avenir.

Je tiens à remercier le conseil des jeunes femmes africaines dans le leadership du Cameroun pour l’invitation à ce forum que j’espère sera très productif.