Flag

An official website of the United States government

Sections et Bureaux
51 LECTURE RAPIDE
novembre 30, 2023

Diplomatie Publique

La Section de la diplomatie publique communique et promeut la politique américaine auprès du public camerounais. Elle sert de point focal pour les relations avec la presse et la culture, et conseille les autres membres de l’ambassade sur les questions liées à la communication et à la diplomatie publique. Elle collabore étroitement avec les autres sections de l’ambassade et avec les institutions camerounaises pour renforcer les liens bilatéraux entre les États-Unis et le Cameroun.

Nos programmes et services :

Communiqués de presse
Centre américain
Programmes d’échanges culturels et éducatifs
Conseils en matière d’éducation (études aux États-Unis)

Contact
Heures d’ouverture :
Lundi à jeudi : 07h30 – 1700
Vendredi : 07h30 à 12h30
Numéro de téléphone : (237) 222-201-500

Service Politique et Économique

Le Service politique et économique, qui gère également le service commercial, assure la veille sur une grande variété de sujets au Cameroun, tels que :

  • Droits de l’Homme
  • Évolutions démocratiques et élections
  • Législation
  • Libertés sociales et civiques et expression religieuse
  • Questions de travail et militantisme étudiant
  • Gouvernance
  • Stabilité macroéconomique et croissance
  • Climat des affaires
  • Investissements et commerce des États-Unis
  • Allégement de la dette des pays pauvres très endettés (PPTE)

Le département d’État publie chaque année deux rapports majeurs pour chaque pays du monde, y compris le Cameroun. L’attaché politique est chargé, en relation avec les fonctionnaires compétents basés à Washington DC, de rédiger et d’éditer ces rapports disponibles ici. Il s’agit notamment de :

  • Rapport sur les pratiques en matière de droits de l’Homme au Cameroun
  • Rapport international sur la liberté religieuse au Cameroun
  • Rapport sur la traite des personnes au Cameroun

Le Service politique et économique met également en œuvre des projets régionaux, tels que :

  • CARPE  (Programme régional pour l’environnement en Afrique centrale) est un programme régional de USAID pour la conservation de la forêt tropicale. Les activités ont débuté au Cameroun en 1998.
  • GLOBE  (Programme mondial d’éducation et d’observation pour la défense de l’environnement) est un programme mis en œuvre conjointement avec Corps de la paix et le ministère de l’éducation dans dix écoles pilotes à travers le pays.
  • FHA/SFPS (Santé familiale et prévention du SIDA) est un projet régional de USAID.
  • EDDI (Initiative en matière d’éducation pour la démocratie et le développement) est un programme qui accorde des bourses à des jeunes filles nécessiteuses au Cameroun afin de les encourager et de les soutenir dans leurs efforts de poursuivre l’éducation formelle. Ce programme soutient également d’autres activités visant à promouvoir l’éducation de la jeune fille au Cameroun.

Département de la Défense

Le haut responsable de défense/attaché de défense (SDO/DATT – acronyme anglais) est le principal représentant du département de la défense au Cameroun.  L’attaché de défense supervise le Bureau de la coopération militaire (OSC) et le Bureau de l’attaché de défense.  Le Bureau de coopération militaire met l’accent sur le renforcement des capacités opérationnelles et institutionnelles, le développement du capital humain, ainsi que sur les activités de  coopération militaire et de développement avec le Cameroun, y compris le maintien de la paix, la sécurité maritime, la formation militaire internationale et l’assistance humanitaire.  Ces activités de renforcement des capacités complètent les programmes du département d’État, elles sont planifiées avec la collaboration de l’équipe de l’ambassade des États-Unis.  L’attaché de défense représente le département de la défense auprès du gouvernement et de l’armée de la République du Cameroun. Il/elle assiste et conseille l’ambassadeur(rice) des États-Unis sur les questions militaires et coordonne d’autres actions politico-militaires relevant de sa zone d’accréditation.

L’attaché de défense est joignable à l’adresse suivante :

Attaché de défense
Ambassade des États-Unis d’Amérique
Avenue Rosa Parks
Yaoundé, Cameroun
Tél : (+237) 22251-4000/(+237) 22220-1500
Fax/Télécopie : (+237) 22201500 Poste 4530

Informations supplémentaires

Dernière mise à jour : 18 février 2021

Détachement des Marines

Depuis 1775, les Marines sont en première ligne pour la protection des vies et des biens des Américains. C’est en 1835 que l’on trouve le premier cas enregistré de soutien direct à la protection d’une mission diplomatique américaine. Au cours des 70 années suivantes, des dizaines de débarquements ont été effectués par les Marines dans l’optique de fournir un cadre de protection aux missions étrangères et aux communautés américaines pendant les périodes de troubles inhabituels. En raison de l’intensification des activités de renseignement de nombreuses nations étrangères après la seconde guerre mondiale, il est apparu au Congrès qu’il y a un besoin urgent de protection 24 heures sur 24 des missions diplomatiques des États-Unis à l’étranger par du personnel américain alerte et fiable. Cette nécessité a été inscrite dans les dispositions du Foreign Service Act (loi sur le Service extérieur) de 1946. « Le secrétaire à la Marine de guerre est autorisé, à la demande du secrétaire d’État, à affecter des recrues de la Marine de guerre et du corps des Marines pour servir de protecteurs sous la supervision de l’officier principal d’une ambassade, d’une légation ou d’un consulat ». Cette disposition a été incorporée dans la législation 10 U.S.C. 713 par le 34ème Congrès.

En vertu de cette loi, le secrétaire à la Marine de guerre a chargé le Corps des marines de fournir du personnel qui répond aux exigences du département d’État relatives aux éléments des services protection dans les postes du Service extérieur, dans le monde.

Les marines affectés au programme du Service de protection des marines (MSG) relèvent du Groupe de sécurisation des ambassades par le corps des marines (MCESG – acronyme anglais), situé à Quantico, en Virginie. Les marines sont contrôlés, formés et certifiés au MCESG avant d’être affectés à un détachement MSG. Après cette certification, les MSG sont détachés vers un poste du Service extérieur, qui est placé sous le commandement immédiat d’un chef de détachement (DetCmdr).   Le DetCmdr est un marine qui est un sous-officier et qui est responsable sur le plan opérationnel auprès de l’Attaché de sécurité régional (RSO) et de l’ambassadeur ou les délégués désignés. Outre, le commandement opérationnel des détachements, le détachement MSG dispose d’un commandement régional administratif sous la direction d’un commandant régional dont les fonctions sont précisées par le MCESG et le Quartier général du Corps des marines.

Corps de la Paix

Bref aperçu

Le Corps de la paix a été créé en 1961 dans l’optique de promouvoir la paix et l’amitié dans le monde par le biais du travail des volontaires américains dans des projets de développement social et économique. Actuellement, plus de 2 000 volontaires du Corps de la paix servent dans 53 pays à travers le monde. Au Cameroun, 35 volontaires participent actuellement à des projets dans les domaines de l’éducation, de la santé communautaire et de l’agriculture.

Les trois objectifs du Corps de la paix au Cameroun

  • Aider le peuple camerounais à répondre à son besoin en hommes et en femmes formés.
  • Promouvoir une meilleure compréhension du peuple américain par le peuple camerounais.
  • Promouvoir une meilleure compréhension du peuple camerounais par le peuple américain.

Les volontaires du Corps de la Paix au Cameroun sont actuellement en activité dans les zones rurales de cinq régions. Ils prennent chacun l’engagement de vivre et de travailler pendant deux ans au sein des communautés hôtes. Les volontaires du programme Éducation travaillent avec les enseignants pour améliorer les pratiques d’enseignement centrées sur l’apprenant, améliorer les compétences et l’esprit d’initiative des élèves en salle de classe et en dehors, ainsi qu’inciter les membres de la communauté à participer à l’apprentissage des élèves. Les volontaires du programme Santé communautaire œuvrent à renforcer la capacité des membres de la communauté et des organisations à identifier les problèmes de santé de leurs localités et à adopter un changement de comportements. Les volontaires dans le domaine de l’agriculture soutiennent les efforts visant à développer et à renforcer les capacités des petits exploitants agricoles et des jeunes scolarisés dans la pratique d’une agriculture intégrée durable.

Visitez https://www.peacecorps.gov/cameroon/  pour plus d’informations.

Antenne de l’Ambassade des États-Unis

Déclaration de mission

Le Bureau de l’Ambassade des États-Unis (EBO – acronyme anglais) à Douala développe une meilleure compréhension des États-Unis dans la région du Littoral et ses environs. Il promeut et protège les intérêts américains en étant une représentation diplomatique au niveau régional, en menant la diplomatie publique, économique et commerciale, ainsi qu’en fournissant un certain nombre de services aux citoyens américains.    Elle n’offre pas de services de visa.

Services aux citoyens américains (ACS)

L’Antenne de l’ambassade des États-Unis n’offre plus de services de routine aux citoyens américains et apporte un appui limité, pour les services d’urgence offerts aux citoyens américains, par l’Ambassade des États-Unis à Yaoundé.  Pour les services urgents et non urgents, veuillez contacter :

Ambassade des États-Unis, Yaoundé, Cameroun
Téléphone : (237) 22251- 4000 / (237) 22220-1500
Télécopie : (237) 22220-1572
Courriel : YaoundeACS@state.gov
Site Web : https://cm.usembassy.gov/services/#emergencyassistance

Pour les urgences des citoyens américains pendant les heures de fermeture, appelez le (237) 22220-1500 et suivez les instructions de la messagerie vocale.

Heures d’ouverture :

  • Sur rendez-vous
    • 07h30 – 17h00 du lundi au jeudi
    • 07h30 – 12h30 vendredi
  • EBO est fermé les jours fériés camerounais et américains. Veuillez contacter EBO pour confirmer les heures d’ouverture.

Questions d’ordre général

Pour toute question d’ordre général concernant EBO :

Tél. :

(237) 23342-5331
(237) 23342-0303
(237) 23342-3434
(237) 690 75 44 19

Activités de diplomatie publique

  • EBO mène des actions de sensibilisation du public dans la région du Littoral pour soutenir les programmes du Services d’affaires publiques de l’ambassade des États-Unis à Yaoundé.

Pour plus d’informations sur les communiqués de presse de l’ambassade des États-Unis, les centres américains et les vitrines américaines (American Shelf), les programmes d’échanges culturels et éducatifs et les conseils sur les études aux États-Unis, veuillez consulter la page web des affaires publiques de l’ambassade des États-Unis.

Activités de diplomatie économique/commerciale

  • En coordination avec la Section économique et commerciale de l’ambassade des États-Unis à Yaoundé, EBO fournit des services commerciaux du département du Commerce aux entreprises américaines, afin d’accroître le commerce et les investissements bilatéraux et d’améliorer les relations d’affaires entre les États-Unis et le Cameroun.
  • Pour plus d’informations sur les activités de diplomatie commerciale de l’ambassade des États-Unis à Yaoundé Veuillez consulter la page web de la Section commerciale.
  • Le directeur du bureau de l’ambassade est membre d’office du conseil d’administration de la Chambre de commerce américaine du Cameroun (« AmCham ») et de l’École américaine de Douala.    Le Bureau de l’ambassade participe aux activités du Conseil consultatif sur la sécurité à l’étranger (OSAC Cameroun) du département d’État à Douala.
  • EBO met à disposition l’adresse électronique ci-après pour les demandes commerciales spécifiques à Douala : EBODoualaComm@state.gov

Histoire de l’antenne de l’ambassade

  • En 1964, un consulat américain est ouvert à Douala, sept ans après la nomination du premier consul américain au Cameroun et l’ouverture du consulat (puis de l’ambassade) américain à Yaoundé.
  • Le consulat américain de Douala, qui ferme ses portes en 1993, offre des services consulaires aux citoyens américains et dispose d’une section de délivrance des visas, en plus de la défense des intérêts commerciaux des entreprises américaines et d’autres responsabilités.
  • En 1993, après la fermeture officielle du consulat de Douala, il est ouvert un Bureau logistique pour l’Afrique centrale dans l’optique de maintenir la représentation américaine dans la région du Littoral.  En 2000, le Bureau logistique est rebaptisé Antenne de l’ambassade (EBO) de Douala.
  • Aujourd’hui, EBO assure la représentation diplomatique et la diplomatie publique, économique et commerciale dans la région du Littoral et offre un certain appui, dans la prestation des Services aux citoyens américains (ACS), à la Section consulaire de l’ambassade des États-Unis à Yaoundé.

Présence américaine à Douala

  • Douala héberge une importante communauté de citoyens américains.
  • L’école américaine de Douala (American School of Douala – ASD) compte plus de 170 élèves, dont 28 citoyens américains, 61 ressortissants du pays d’accueil et 84 ressortissants de pays tiers.
  • Plusieurs entreprises américaines sont présentes à Douala et dans la région du Littoral, emploient des citoyens américains et sont membres de la Chambre de commerce américaine au Cameroun (« AmCham »), basée à Douala.

PEPFAR

PEPFAR est le Plan d’urgence du président des États-Unis pour la lutte contre le Sida, l’initiative du gouvernement des États-Unis dans sa vision de mettre fin à l’épidémie de VIH/Sida dans le monde. Cet engagement historique est le plus important jamais pris par un pays pour lutter contre une maladie d’envergure mondiale. Les investissements du PEPFAR contribuent à atténuer les souffrances liées à d’autres maladies, telles que la tuberculose et le paludisme et soutiennent les infrastructures sanitaires des pays en investissant dans des laboratoires et des systèmes de chaîne d’approvisionnement. PEPFAR est sous-tendu par une responsabilité partagée entre les bailleurs de fonds et les nations partenaires, qui consiste à faire des investissements intelligents et ciblés pour sauver et améliorer des vies.

En 2020, le Cameroun compte 504 472 personnes vivant avec le VIH (PVVIH). Globalement, la prévalence du VIH chez les adultes continue de diminuer, passant de 5,4 % en 2004 à 2,7 % en 2018. Cependant, la prévalence chez les femmes continue d’être près de deux fois supérieure à celle des hommes, avec quatre nouvelles infections sur cinq chez les femmes âgées de 15 à 64 ans.

Au Cameroun, le PEPFAR a investi 197 924 993 dollars de 2012 à 2019 et dispose actuellement d’un budget annuel de 92 millions de dollars. L’initiative est administrée par CDC (Centre de prévention et de lutte contre les maladies), l’Agence américaine pour le développement international (USAID), les départements de la Défense (DoD) et d’État (DoS), ainsi que par le Corps de la paix. Les partenaires camerounais et internationaux chargés de la mise en œuvre mènent des activités dans les domaines de la prévention, du dépistage et du conseil, du traitement, des soins et du soutien, de la prévention de la transmission de la mère à l’enfant (PTME), du renforcement des laboratoires, de l’information stratégique, ainsi que d’autres types de renforcement des systèmes de santé. Tous les investissements du PEPFAR sont alignés sur le Plan national stratégique de lutte contre le Vih, le Sida et les Ist au Cameroun et visent à renforcer la capacité du gouvernement camerounais, des secteurs non gouvernemental et privé, ainsi que celle de la société civile à lutter contre l’épidémie du VIH/Sida. PEPFAR demeure engagé dans son soutien au Gouvernement de la République du Cameroun dans la lutte contre l’épidémie de VIH.

USAID

L’Agence américaine pour le développement international (USAID) est la première agence de développement international au monde. USAID mène le développement et l’assistance internationale du Gouvernement des États-Unis par le biais de partenariats qui sauvent des vies, qui réduisent la pauvreté, qui renforcent la gouvernance démocratique et qui aident les gens à sortir des crises humanitaires et à progresser au-delà de l’assistance. Au Cameroun, nous investissons dans la santé globale, nous aidons les communautés à lutter contre les facteurs de la violence et de l’instabilité, et nous fournissons une aide vitale aux communautés affectées et/ou déplacées par des urgences humanitaires complexes. Pour plus d’informations sur les programmes USAID Cameroun, visitez notre site : https://www.usaid.gov/cameroon

SANTÉ GLOBALE

L’engagement du Cameroun en faveur de la Couverture santé universelle (CSU) s’est traduit par la déclaration de 2017 du président Paul Biya, qui a souligné la détermination du pays à renforcer son système de santé. Cependant, le niveau des dépenses publiques en matière de santé ne permet pas de soutenir ces objectifs. Le programme Santé de USAID Cameroun s’inspire de la Vision 2030 de USAID pour le renforcement du système de santé, afin de promouvoir des systèmes intégrés de prestation de soins de santé. Grâce au Plan d’urgence du président des États-Unis pour la lutte contre le SIDA (PEPFAR), les activités de USAID établissent des partenariats visant à fournir des services de prévention, de soins et de traitement du VIH à travers tout le Cameroun, en mettant l’accent sur les populations clés et vulnérables. En tant que pays cible de l’Initiative présidentielle de lutte contre le paludisme (PMI), les interventions sont axés autour du renforcement de la prestation de services dans les établissements de santé et les communautés, de la distribution systématique de moustiquaires, du soutien à la formation, du renforcement de la gestion pharmaceutique, de la chaîne d’approvisionnement et de l’achat de moustiquaires imprégnées d’insecticide, de tests de diagnostic rapide, d’antipaludéens et de traitements préventifs. Dans le domaine du financement de la santé, le PEPFAR, le PMI et d’autres ressources fournissent une assistance technique ciblée au Gouvernement de la République du Cameroun (GRC) pour soutenir sa stratégie de santé universelle et ses efforts visant à réduire ou à éliminer l’impact des coûts à charge du patient en tant qu’obstacle à l’accès aux services de santé. Les programmes de santé mondiale de l’USAID promeuvent également le Programme de sécurité sanitaire mondiale et aident le Gouvernement de la République du Cameroun à prévenir, à détecter et à répondre rapidement aux menaces de maladies infectieuses, ainsi qu’aux pandémies émergentes, y compris celles issues des animaux. Le programme de lutte contre les maladies tropicales négligées de USAID cible les maladies qui peuvent être guéries ou évitées en distribuant des médicaments offerts gracieusement par l’industrie pharmaceutique.

ASSISTANCE HUMANITAIRE

Le Bureau d’aide humanitaire (BHA) de l’USAID dirige et coordonne au sein du gouvernement des États-Unis l’aide en cas de catastrophe à l’étranger. Chaque année, il apporte une aide vitale à des dizaines de millions de personnes à travers le monde. En moyenne, nous répondons à 75 crises dans plus de 70 pays chaque année. Par l’intermédiaire du BHA, USAID est le principal bailleur de fonds de l’aide humanitaire au Cameroun. Nous fournissons de  la nourriture, des aliments enrichis prêts à l’emploi, de l’eau et des prestations de salubrité, des abris, des soins de santé et d’autres aides essentielles aux populations vulnérables. Nous aidons à renforcer la résilience des ménages et des communautés en soutenant les activités de réduction des risques de catastrophes visant à protéger et à restaurer leurs moyens de subsistance. Nous aidons les partenaires humanitaires qui travaillent dans les domaines de la santé, de la nutrition, de l’eau, de l’hygiène et de la salubrité, ainsi que de l’agriculture, de la sécurité alimentaire, de la protection, de la coordination humanitaire et des services de transport aérien essentiels.

DÉMOCRATIE, DROITS DE L’HOMME ET GOUVERNANCE

En soutenant directement les acteurs locaux positifs et en tirant parti de ses propres initiatives et celles d’autres donateurs, l’USAID stabilise les communautés les plus touchées par l’extrémisme violent et permet le retour des déplacés internes. Le programme régional de USAID, Voix de paix, est un projet communautaire qui vise à réduire la vulnérabilité à l’extrémisme en amplifiant les voix locales et en encourageant le dialogue sur la paix et la tolérance, en identifiant les facteurs de conflit et en promouvant des récits positifs.

CROISSANCE ÉCONOMIQUE ET COMMERCE

Le Centre pour la promotion des échanges et des investissements en Afrique de l’Ouest aide les agriculteurs et les entreprises à être compétitifs et à attirer les investissements dans la région afin de stimuler le commerce régional et mondial. Ce Centre propose aux fonctionnaires, aux associations professionnelles et aux entreprises camerounaises des formations sur la documentation et les exigences relatives aux exportations vers les États-Unis.

ENVIRONNEMENT, ÉNERGIE ET INFRASTRUCTURES

Le Programme régional pour l’environnement en Afrique centrale (CARPE) est le plus grand programme environnemental financé par USAID. CARPE opère à partir de Kinshasa, en République démocratique du Congo, et œuvre à maintenir l’intégrité écologique du Bassin du Congo, qui couvre six pays, y compris le Cameroun.  Le CARPE fournit une assistance technique aux organisations locales, nationales et régionales en vue de mettre en place des mesures d’atténuation du changement climatique, d’améliorer la gestion des ressources naturelles, et de maintenir la biodiversité et les services écosystémiques qui profitent aux communautés locales au Cameroun et dans les pays du bassin du Congo. Pour plus d’informations sur les activités de CARPE en matière de conservation de la biodiversité, de lutte contre le trafic d’espèces sauvages et d’atténuation du changement climatique, veuillez consulter le site : https://www.usaid.gov/central-africa-regional.

INITIATIVE À L’INTENTION DES JEUNES DIRIGEANTS AFRICAINS

L’initiative pour jeunes dirigeants africains, communément appelée YALI, développe les compétences en matière de leadership et d’entrepreneuriat et met les participants en contact avec leurs pairs et avec le peuple américain. Le programme YALI est géré et mis en œuvre conjointement par le département d’État et USAID. Il s’agit de la bourse Mandela Washington, financée et gérée par le département d’État, et de quatre centres régionaux de leadership, gérés par USAID à Pretoria, Nairobi, Dakar et Accra. Les Centres régionaux YALI d’Accra (https://yaliwestafrica.net/rlc/ ) et de  Dakar (https://yaliafriquedelouest.org/ ) offrent une formation interactive et expérimentale aux participants du Cameroun et de huit pays d’Afrique de l’Ouest. Il y a actuellement 565 diplômés camerounais, dont 294 femmes, depuis l’ouverture du Centre régional YALI de Dakar en 2015.

 

CONTACTS

Bureau Pays
Philippe Accilien, Représentant Pays
Avenue Rosa Parks
BP : 817
Yaoundé, Cameroun
Courriel : cameroonaidipstaff-dl@usaid.gov

SIÈGE USAID
Christopher Merriman, Chargé Pays USAID/Cameroun
Washington, DC 20523
1300 Pennsylvania Ave, NW
Email: cmerriman@usaid.gov

CDC

Ambassade des États-Unis – Yaoundé
Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC)

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), relevant du département de la Santé et des Services sociaux, ont lancé leurs activités au Cameroun en 1998 dans le cadre d’un programme de recherche et de mise en place d’un laboratoire sur le VIH. Ils ont établi un partenariat avec le gouvernement camerounais en 2008 pour soutenir le développement d’une capacité de santé publique durable et d’une infrastructure sanitaire dans le pays. Le rôle de CDC Cameroun a depuis évolué et consiste à fournir un leadership en matière de santé publique, un soutien clinique direct et une expertise technique au gouvernement camerounais afin de renforcer les systèmes de santé et de prévenir et lutter contre les maladies et autres menaces de santé publique. Le CDC travaille en étroite collaboration avec le ministère de la Santé publique et ses partenaires pour renforcer le secteur de la santé et améliorer la santé de la population camerounaise.

Téléchargez le profil du Cameroun ici

Prévention, offre de soins et traitement du VIH

En tant qu’agence de mise en œuvre clé du Plan d’urgence du président des États-Unis pour la lutte contre le SIDA (PEPFAR), CDC renforce les services de prévention, d’offre de soins et de traitement du VIH afin de contrôler l’épidémie de VIH au Cameroun. CDC dirige la mise en œuvre du programme clinique du PEPFAR dans les dix régions du pays, par le biais d’activités stratégiques avec les partenaires de mise en œuvre. La prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant (PTME) et la vulgarisation des stratégies de prévention chez les populations clés, prioritaires et générales ont permis de réduire l’incidence du VIH. Grâce à la mise en œuvre de stratégies de dépistage à haut rendement permettant d’identifier les personnes vivant avec le VIH (PVVIH), à la mise en relation et à l’initiation le jour même des patients à un traitement antirétroviral salvateur, ainsi qu’au suivi de la suppression virale chez les PVVIH, le programme clinique centré sur le patient de CDC vise à atteindre les cibles 95-95-95.

Prévention et traitement de la tuberculose

La tuberculose est une cause majeure de mortalité dans le monde et une des principales causes de décès chez les personnes vivant avec le VIH au Cameroun. CDC soutient les activités de collaboration liées à la tuberculose et au VIH afin de réduire la morbidité de la co-infection grâce au dépistage du VIH chez les patients atteints de tuberculose afin de garantir l’accès à une thérapie antirétrovirale précoce, à la recherche de cas de tuberculose active, ainsi qu’au traitement et à la fourniture d’une thérapie préventive contre la tuberculose pour les personnes vivant avec le VIH/sida.

Renforcement du système de laboratoires

CDC a développé et renforcé les capacités des laboratoires camerounais en initiant la mise en œuvre d’activités, telles que le premier programme national d’essais d’aptitude pour garantir des résultats de qualité et le déploiement du processus de renforcement de l’amélioration des laboratoires en vue de l’accréditation (SLIPTA), un cadre permettant d’évaluer les progrès des laboratoires en vue de l’accréditation internationale. CDC fournit une assistance financière et technique permettant de renforcer les capacités des laboratoires à travers tout le pays, en construisant notamment le Laboratoire national de santé publique et en soutenant les laboratoires nationaux de référence pour le diagnostic précoce chez le nourrisson et les tests de charge virale du VIH. Plus de 1 100 laboratoires au Cameroun sont compétents en matière de dépistage rapide du VIH à l’horizon 2020. Grâce au soutien du CDC, cinq laboratoires ont reçu la certification ISO-15189 – les premiers laboratoires accrédités au niveau international au Cameroun et en Afrique centrale. CDC a également soutenu l’accréditation de la première banque de sang du Cameroun accréditée au niveau international – la première en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale.

Systèmes d’information stratégiques

CDC soutient le renforcement des systèmes de surveillance du VIH et d’autres maladies et fournit une assistance technique pour l’élaboration de protocoles d’évaluation, de recherche et de suivi des programmes afin de nourrir la planification des programmes et d’accroître l’impact des investissements dans le domaine de la santé au Cameroun. CDC a soutenu l’amélioration des systèmes nationaux de suivi et d’évaluation du VIH au Cameroun et continue de renforcer le système d’information sanitaire camerounais par le biais d’un soutien technique et financier visant à promouvoir le Système d’information sanitaire (DHIS) aux niveaux national, régional et du district. Afin d’optimiser les performances du programme, CDC renforce les capacités du personnel des établissements sanitaires locaux en utilisant des données de site pour identifier les lacunes et développer des solutions fondées sur les données.

Sécurité sanitaire mondiale

Dans le cadre du Programme de sécurité sanitaire mondiale (GHSA), CDC apporte son expertise et son soutien au renforcement des capacités essentielles de santé publique en matière de surveillance des maladies, de systèmes de laboratoire, de développement du capital humain, de biosécurité et de gestion des situations d’urgence. Les efforts de CDC en matière de sécurité sanitaire mondiale au Cameroun renforcent la capacité du pays à prévenir, détecter et répondre aux épidémies avant qu’elles ne se transforment en épidémies susceptibles d’affecter d’autres populations à travers le monde.  Ces efforts aident le Cameroun à atteindre les objectifs définis dans le cadre du GHSA, un partenariat mondial lancé en 2014 pour rendre le monde plus sûr face aux menaces des maladies infectieuses. En étroite collaboration avec le ministère de la Santé et d’autres partenaires, CDC apporte son expertise et son soutien dans 11 domaines techniques, afin d’aider le Cameroun à renforcer ses capacités en matière de santé publique dans les domaines de la surveillance des maladies, des systèmes de laboratoire, du développement de la main-d’œuvre, ainsi que de la gestion des urgences.   CDC a dirigé les efforts visant à établir le Centre national d’opérations d’urgence en santé publique du Cameroun en partenariat avec l’Agence de réduction des menaces de défense, qui a été inauguré par le premier ministre de la République du Cameroun en décembre 2018. Il aide le Cameroun à réviser ses définitions de cas pour la surveillance intégrée des maladies, il a développé de nouveaux modules de formation pour les nouvelles normes de surveillance et il joue un rôle de premier plan pour la surveillance communautaire dans le pays, y compris la mise en place d’un système d’alerte et de réponse rapide.

Programme de formation à l’épidémiologie de terrain

CDC soutient le Cameroun dans le renforcement de la capacité de sa main-d’œuvre à enquêter et à répondre aux épidémies grâce à la mise en place du Programme de formation en épidémiologie de terrain au Cameroun (CAFETP – acronyme anglais). Lancé en 2010, ce programme est mis en œuvre dans d’autres pays d’Afrique centrale, y compris la République centrafricaine et le Tchad. Plus de 900 agents de santé, formés dans le cadre du CAFETP de base ou avancé, assurent la surveillance et la réponse aux maladies dans les dix régions du pays.

Initiative présidentielle de lutte contre le paludisme

Le paludisme est l’une des principales causes de morbidité et de mortalité dans de nombreux pays, touchant principalement les jeunes enfants et les femmes enceintes. La mise en œuvre par CDC d’interventions de prévention et de contrôle du paludisme au Cameroun dans le cadre de l’Initiative présidentielle de lutte contre le paludisme (PMI) vise à réduire les cas de maladies et de décès liés au paludisme à travers le pays, en particulier dans les régions où la transmission de la maladie est la plus élevée. Les principales activités comprennent la distribution systématique de moustiquaires imprégnées d’insecticide, l’amélioration de la surveillance entomologique et de la gestion de la résistance aux insecticides et aux médicaments, l’amélioration de la gestion des cas dans les établissements de santé et au niveau communautaire, le renforcement des programmes de prévention du paludisme pendant la grossesse et la mise en place d’une chimioprévention saisonnière pour prévenir le paludisme chez les enfants de moins de cinq ans pendant la saison de transmission la plus élevée.

Réponse COVID-19

Depuis février 2020, CDC a soutenu la préparation et la réponse du Cameroun à la pandémie de COVID-19 en jouant un rôle de premier plan dans le domaine de la santé publique, en fournissant une expertise en matière de surveillance et de réponse aux épidémies, ainsi qu’un appui aux systèmes de laboratoire et en assurant la coordination de la réponse par le biais du Centre national d’opérations d’urgence en santé publique établi par CDC. En s’appuyant sur les capacités existantes, mises en place par les programmes de santé mondiale de CDC, le ministère camerounais de la Santé publique a mis en place des systèmes de gestion des incidents et des équipes d’intervention au niveau national et dans les dix régions afin de contrôler cette épidémie à travers le Cameroun.

Dans le cadre de la mission du gouvernement américain visant à améliorer la santé dans le monde, CDC continuera à soutenir le gouvernement camerounais en matière de renforcement du secteur de la santé, de prévention et de contrôle des menaces à la santé publique, ainsi que d’amélioration des résultats dans le domaine de la santé au Cameroun.

Visitez la page Web de CDC.gov dédiée au Cameroun  ou téléchargez la la fiche d’information de CDC Cameroun

CONTACT

CDC – Bureau Cameroun
Dr. Emily Kainne Dokubo
Directeur Pays
Ambassade des États-Unis – Cameroun
6050 Avenue Rosa Parks
BP : 817
Yaoundé, Cameroun
Téléphone : +237 222 510 600

SIÈGE DE CDC
Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies
1600 Clifton Road NE
Atlanta, GA 30329-4018
Courriel : cdcglobal@cdc.gov
www.cdc.gov/global

RSO

Le Bureau régional de sécurité fournit une gamme de services aux citoyens américains, au secteur privé américain, aux forces de l’ordre américaines et aux organisations étrangères chargées de l’application de la loi.  Chaque bureau est dirigé par un agent spécial du DSS qui est également le principal conseiller de l’ambassadeur des États-Unis en matière de sécurité et d’application de la loi.  Cet agent principal porte le titre d’Attaché de sécurité régional (Regional Security Officer – RSO).

Le Bureau régional de sécurité :

  • Protège les installations diplomatiques, le personnel et les informations appartenant aux États-Unis.
  • Assure la liaison entre l’ambassade des États-Unis et le pays d’accueil en ce qui concerne l’application de la loi.
  • Organise des formations pour les services de police et de sécurité étrangers dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.
  • Conseille les Américains sur la sûreté et la sécurité à l’étranger et aide les écoles et les organisations liées aux États-Unis à obtenir des subventions en faveur de la sécurité.
  • Partage des informations sur la sécurité avec le secteur privé américain par l’intermédiaire du Conseil consultatif pour la sécurité à l’étranger (OSAC – acronyme anglais).

Coordonnées
N° de téléphone : +237 222 51 40 14
Courriel : DS_RSO__Yaounde@state.gov